Les portes perdues de Seanan McGuire

Maintenant passons aux choses sérieuses avec le fantastique cours roman de @seananmcguire "Les portes perdues" qui à remporté les prestigieux prix Hugo, Nebula et Locus, le premier tome de la saga des "enfants indociles" chez les Éditions Pygmalion .

Pour vous en parler, je laisse le clavier à la pétillante instagrameuse @littlecookiie : "Qui a dit qu'un livre avait besoin d'être long pour être percutant ? Celui-ci fait à peine 200 pages, mais c'est suffisant pour m'avoir mis une grosse claque, c'est un coup de coeur absolu.

L'intrigue en elle-même m'a rappelé à la fois Alice au pays des merveilles, Narnia, La mer sans étoiles et Dernière nuit à Everland en exploitant le merveilleux potentiel des lieux alternatifs qu'on découvre, parfois, en trouvant un passage dans un endroit où il ne semblait pas y en avoir. On pourrait croire qu'à force, la littérature a fait le tour du sujet, mais je pense au contraire que ce n'est pas près d'arriver, parce que les possibilités sont infinies.

L'école d'Eleanor West accueille uniquement des enfants qui se sont rendus dans ces lieux magiques et qui sont revenus, pour une raison ou pour une autre, dans le monde réel. Contrairement à leurs parents, elle sait qu'ils n'inventent rien, pas plus qu'ils ne sont fous : ayant vécu la même chose, elle sait combien il peut être difficile de vivre dans un monde qui ne nous convient plus. Son rôle est d'aider ces enfants devenus inadaptés à aller de l'avant, car quand une porte est perdue, elle a peu de chances de réapparaître. Rien que cette situation de départ, je trouve ça absolument incroyable. Ajoutez à ça des meurtres dans cette fameuse école supposée protéger les enfants, et vous vous retrouvez avec un roman totalement addictif qu'il est impossible de lâcher avant la dernière page.

J'ai eu un énorme coup de coeur pour la galerie de personnages. Ce sont des adolescents déboussolés, sans repères, pas forcément rejetés par leur famille mais en tout cas incompris, qui peinent à trouver leur place – tout simplement parce qu'elle est ailleurs, quelque part où ils ne peuvent pas retourner. Celle que nous suivons le plus souvent est asexuelle, un autre garçon est transgenre, la représentation est là même si elle n'est pas au coeur de l'histoire, et c'est d'autant plus important que ça rajoute pour moi du réalisme au tout. On oscille entre fascination et horreur, mais le pire, c'est qu'on a envie d'y croire, envie de penser que ces portes existent quelque part et que les plus chanceux n'en reviennent jamais.

C'est le premier tome d'une série, et je lirai les autres avec plaisir pour me replonger dans cet univers qui m'a définitivement conquise, mais je trouve qu'il peut se suffire à lui-même parce qu'on a le fin mot de l'histoire concernant les meurtres. Pour une fois, je peux même dire que je trouve la fin parfaite.

J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération Masse critique, ce qui n'a pas du tout influencé ma chronique, mais j'adresse un grand merci aux éditions Pygmalion et à Babelio pour cette merveilleuse découverte.

Je vous le recommande vraiment, vraiment fort. Allez-y les yeux fermés."





#oldandco #editionspygmalion #lesportespeerdues #seananmcguire

Posts récents

Voir tout